Elsa Escaffre

La plaque de plâtre, faisant office d’écran, est construite sur le principe de la carte à gratter.
La surface grattée servant de matrice et d’ordinaire dissimulée à la vue du spectateur est ici montrée. Postée face à un projecteur de diapositives, elle devient support à l’image projetée. Aucune image n’est renvoyée vers l’écran : la carte à gratter devient l’ancrage matériel de l’image virtuelle.
L’écran plâtré a capturé une image du passé et la rend persistante au présent. Le carrousel du projecteur tourne à vide, il ne reste alors que la lumière et le son pour marquer le passage du temps. Il s’affiche inlassablement le même moment : la fin d’une fiction occultée. Par la mise en présence deux systèmes de production d’images, The End rend sensible leur fragilité au regard du temps qui passe.

.

The End (2012)

projecteur de diapositive,
bois,
plâtre,
acrylique noire,
(45cm×35cm)